Malawi : approbation d’un prêt alimentaire du FMI de 88,3 millions de $

Le FMI

Le FMI a approuvé un prêt de 88,3 millions de dollars au Malawi lundi 21 novembre, dans le cadre d’un nouvel outil destiné à aider les pays à faire face aux chocs mondiaux des prix alimentaires. Le Malawi est devenu le premier pays à faible revenu à recevoir un financement du Fonds monétaire international (FMI). Le Directeur général adjoint du FMI, Bo Li, a déclaré lundi que le prêt d’urgence « choc alimentaire » devrait aider le pays d’Afrique australe à répondre aux besoins pressants de sa balance des paiements liés à la flambée des prix des denrées alimentaires.

Basée à Washington, le FMI a accepté de prêter à la nation d’Afrique australe 88,3 millions de dollars. L’inflation annuelle des prix alimentaires a plus que doublé pour atteindre 34,5 % depuis que la Russie a envahi l’Ukraine en février. Le Malawi fait partie des 48 pays que le FMI a identifiés comme les plus touchés par la plus grave crise alimentaire que le monde ait connue depuis la crise financière mondiale. On estime qu’environ un cinquième de sa population est confronté à une insécurité alimentaire aiguë pendant la période de soudure, d’octobre à mars, contre 15 % un an plus tôt, selon le rapport sur la classification intégrée des phases de sécurité alimentaire.

Le FMI a introduit le guichet « chocs alimentaires » en septembre pour les pays qui ont des besoins urgents en matière de balance des paiements en raison de l’insécurité alimentaire, d’une forte augmentation de leur facture d’importations alimentaires ou d’un choc sur leurs exportations de céréales. Cette facilité est disponible pendant un an. L’Ukraine a également reçu un financement dans le cadre de ce programme.

La hausse des factures alimentaires et énergétiques a mis à mal les finances publiques du Malawi et entraîné une pénurie de devises étrangères. Cette pénurie a contraint la banque centrale à dévaluer le kwacha de 25 % en mai et à intervenir sur les marchés des devises pour soutenir les importations de produits de base stratégiques. Elle a également réintroduit temporairement une ordonnance obligeant les exportateurs à vendre 30 % de leurs recettes en devises à des banques autorisées.

Egalement, le FMI a accepté de mettre en place un programme supervisé par le personnel du FMI (Staff Monitored Program, SMP) avec le Malawi, un accord informel que les pays incapables d’emprunter au FMI peuvent utiliser pour les aider à remettre leur budget sur une trajectoire viable. Bien qu’il ne comprenne pas de financement en soi, un SMP peut aider à débloquer des fonds auprès des pays donateurs et d’autres prêteurs multilatéraux, tels que la Banque mondiale.

Le Malawi fait partie des dizaines de pays à faible revenu dont la dette est jugée insoutenable par le FMI. Les politiques du Fonds lui interdisent de renflouer les pays dont la dette est insoutenable, à moins qu’ils n’aient pris des mesures pour la ramener à des niveaux viables. L’approbation du financement du choc alimentaire est intervenue quatre jours après que le FMI a annoncé la résolution d’une affaire concernant la déclaration erronée des réserves de change de la Reserve Bank of Malawi en 2018. La nation cherche également à obtenir une facilité de crédit étendue de quatre ans auprès du prêteur.

Kanlé Z. 

close

Ne manquez pas nos actualités!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This